- Les GROTTES du GABON -

LASTOURSVILLE 2 / La GROTTE de LIHOUMA :

- Création de la Page : Mai 2008.

• Bien qu'elles soient très peu visitées, on trouve au GABON, de nombreuses grottes. En général elles sont difficiles d'accès et ne font parti d'aucun circuit touristique. Mais avec de la persévérance, on peut arriver à trouver les personnes susceptibles de servir de guide pour y accéder.

Cavité centrale de la grotte de LIHOUMA :




Carte de situation de la GROTTE de LIHOUMA :







- Le TRAJET :

•••• FRANCEVILLE -> LASTOURSVILLE : Environ 200 km (2 h 30 à 3 heures)
•••• MOUNANA (Mairie) -> Village de KESSIPOGHOU : Environ 80 km

-Ce village se trouve à 21 km avant d'arriver à lastourville, en venant de Franceville.


•••• Village de KESSIPOGHOU -> Village de LIHOUMA : Environ 30 km
•••• Marche à travers la forêt vers la Grotte de LIHOUMA : Environ : 2 km (Environ 30 à 45 minutes)

- La RENCONTRE :
• En partant de Franceville, nous arrivons au village de KESSIPOGHOU, où nous attends notre guide Olivier. Nous continuons donc avec lui jusqu'à LASTOURSVILLE. Au premier rond-point, on tourne à gauche, puis tout de suite à droite. On passe le pont sur l'Ogooué et nous roulons en direction de la gare que nous dépassons. Après le parc à bois, où sont chargés les grumes de bois sur les wagons, nous atteignons le village de LIHOUMA, où va débuter la discussion entre notre guide et le chef du village. Cette discussion est assez animée et se rapproche beaucoup plus du palabre que de la mise au point de notre visite. Après presque une heure de bavardage continu, il est décidé que 5 guides du village vont nous accompagner. Nous partons donc avec Olivier notre guide principal et notre contact, ainsi qu'avec Olivier, Urbain 1, Urbain 2, Ghislain et Herman ,originaire du village de LIHOUMA.

La MARCHE :
• Nous roulons quelques kilomètres de plus, pour finalement laisser nos véhicules sur le bord de la route, près des maisons des guides. Après avoir chargé tous l'équipement, nous prenons un petit sentier qui va serpenter à travers la forêt et passer au bord de plantations de bananiers. A plusieurs reprises, nous traversons des ruisseaux pour passer sur l'autre berge. Il n'y a pas beaucoup d'eau et nous pataugeons avec de l'eau à hauteur du mollet seulement. Puis nous abordons le flanc d'une colline, et petit à petit nous montons. la marche n'est pas très difficile. Nous traversons de la forêt avec de grands arbres, dont des Fromagers aux racines géantes. Arrivé sur un éboulis, nous apercevons l'entrée de la grotte. En fait, elle se trouve au flanc d'une falaise, et est entouré de végétation qui serpente sur les parois, avec un ruisseau qui surgit de l'intérieur de la grotte et qui tombe en cascade vers la vallée.
La marche va durer environ 30 à 45 mn sur à peine 2 kilomètres. Sans difficulté.



La GROTTE de LIHOUMA 1 :
• La pénétration à l'intérieur de la grotte ne présente aucune difficulté. Après quelques éboulis, on marche sur des rochers. On se trouve à l'entrée de la grotte, où on devine à travers la noirceur de l'ouverture, une petite rivière qui surgit des entrailles de la montagne. Nous nous arrêtons tous pour prendre les lampes et mettre nos lampes frontales. Le tunnel principal est assez large, de plusieurs mètres et on peut circuler aisément. On entend les battements d'ailes des innombrables chauve-souris qui volent dans tous les sens. Au sol, certainement nourries par les excréments des chauve-souris, on aperçoit, de manière curieuse, des plantes. Longues tiges de 20 centimètres environ, surmontées par deux feuilles ovales de 5 à 6 centimètres de longueur. Il est étonnant de voir ces plantes à plus de 100 mètres à l'intérieur de la grotte, sans aucune lumière. La couleur des feuilles semble délavée. Un vert très très pâle, presque blanc. CURIOSITE de la grotte.
Nous progressons sur 200 mètres environ , pour finalement arriver dans une grande excavation de plus de 15 mètres de large. Au fond on peut apercevoir des concrétions, stalagmites et stalactites qui se rejoignent, pour former une énorme colonne.
Toute la progression dans la grotte va se faire au milieu du petit ruisseau qui occupe le centre de la grotte. A aucun moment, bien que nous soyons en saison des pluies, le niveau de l'eau ne va monter plus haut que les chevilles, ou au bas du mollet. Après avoir visité la dernière cavité, nous retournons vers la sortie.



La GROTTE de LIHOUMA 2 :
• En sortant de cette grotte, nous longeons la falaise à travers un éboulis, pour tomber immédiatement sur une cascade qui ruisselle sur des concrétions, que l'on peut voir sur la photo au-dessus, et sur la gauche. Ces concrétions sont magnifiques. De cette cascade, un autre tunnel de 1,50 mètre de haut est visible sur le côté droit. On va s'aventurer dans cette autre grotte.
En fait les 2 grottes de LIHOUMA sont au pied de la falaise et constituent deux parties d'un même ensemble de grotte. Nous allons progresser beaucoup plus difficilement dans ce tunnel. Il est très bas, et sur plus de 100 mètres environ, on va presque ramper, ou pour le moins, marcher accroupi et à genou, en faisant glisser la lampe et l'appareil photo devant. Puis, la cavité s'élargie et débouche sur un
tunnel dont les parois sont éloignées de plus de 5 mètres. On aperçoit sur les murs des énormes pseudo-scorpions (Classe : Arachnida, Ordre : Amblypygi, Amblypyge) qui progressent lentement sous la lueur de nos lampes.
Nous continuons d'avancer dans l'eau jusqu'au chevilles lorsque soudain, un des guides derrière nous crie "un serpent". Nous nous arrêtons, un peu anxieux, et nous explorons avec nos lampes les parois. Nous balayons successivement la droite, puis la gauche, et nous apercevons à quelques 10 mètres devant nous, une forme longiligne, qui se meut lentement avec un bout de queue tombant dans le vide. Sur la paroi droite de la grotte, à environ 2 mètres du sol, on aperçoit la tête d'un serpent qui sort d'une excavation dans le mur et qui ondule lentement. On ne sait pas si le serpent nous considère comme des agresseurs ou s'il cherche toujours à manger. Nous sommes dans ce tunnel de plus de 3 mètres de diamètre, mais dont le fond est rétréci et occupé par un petit ruisseau. Nous n'avons pas beaucoup d'espace pour bouger. Vu la tête de ce serpent, le corps noir avec le dessous d'un beau vert jaunâtre, il est probable qu'il s'agit d'un Mamba Vert ou d'un cobra. C'est un
serpent très dangereux. Nous avons bien une machette pour le repousser s'il nous attaque, mais nous ne sommes pas sûr de pouvoir s'en débarrasser sans risque. D'un autre côté, il est impossible de fuir : il y a presque 200 mètres à passer en position accroupie. Autrement dit on ne peut pas courir. Plutôt que de passer sous le serpent, sans connaître sans réaction, nous décidons de nous retirer prudemment.
Nous reculons donc lentement et sans bruit et nous faisons demi-tour pour repasser la partie difficile de cette excursion. Nous re-sortons peu après de la grotte. Nous avons été bloqué dans notre randonnée par un serpent !

Le retour vers les véhicules se fait sans difficulté, en traversant de nouveau la forêt et les rivières.

•Finalement, après recherches, le serpent rencontré est la couleuvre arboricole de Blanding (Boiga blandingii). Il s'agit d'une couleuvre agressive dont la morsure est venimeuse, sans être dangereuse. Dans le doute, on ne peut pas se reprocher d'avoir été prudent et d'avoir rebroussé chemin. Après révision de certaines familles de serpents, elle a été renommée Toxicodryas blandingii. Son venin neurolotoxique est très dangereux pour l'homme.






LIHOUMA / Jean-Louis ALBERT / Fin Avril 2008.